Prendre RV – Soin/Massage médecine traditionnelle asiatique

image

« Harmoniser le corps et l’esprit en utilisant l’infini pouvoir de guérison qui réside en chacun de nous ». – Shizuto Masunaga

Si dans la nature, tout est intrinsèquement lié, c’est aussi ce qui se passe dans notre corps. Pour les Médecines traditionnelles asiatiques, le corps est animé par une énergie, souffle ou force vitale appelée Ki, Chi ou Prana qui chemine le long de voies particulières que l’on appelle méridiens, tsubos ou nadis. C’est ce flot continu qui nous fait ressentir l’état d’harmonie ou de déséquilibre interne. Cette circulation peut-être comparée à la circulation de l’eau sur terre.

Tel un rituel méditatif, à l’écoute du corps, sans rien imposer,  ni forcer, le soin 和 (Wa) – signifiant harmonie, paix et équilibre – adapté à la saison, unit les connaissances et le savoir-faire de ces traditions millénaires asiatiques ainsi que le ressenti. Par des pressions, des étirements, des mobilisations, du massage aux huiles aromatiques biologiques & des bols chantants, le soin favorise la circulation des forces vitales et des énergies Yin & Yang ; Régule les différentes fonctions organiques (glandes endocrines, système neuro-végétatif…) ; Harmonise le corps et le souffle ; Clarifie l’esprit & Unifie l’être intérieur.

Pour prendre RV, écrivez moi : ayungdari@hotmail.com

1H30 / Val Morin / 120$

 

 

Pèlerinages au Japon – Janvier, avril & Octobre 2020

« Il n’y a d’homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie. » – Lamartine

Du 30 décembre 2019 au 10 janvier 2020 : Akemashite omedetô », célébration pour la nouvelle Année 2020 sur l’île de Kyushu. Au Japon, l’hiver se nomme Fuyu. Le soir du 31 décembre, les temples font sonner les cloches 108 fois entre la fin de l’année et le début de la nouvelle année. Selon la tradition bouddhiste, l’être humain subirait 108 tentations terrestres au cours de son existence. Afin de purifier l’esprit, les moines font donc sonner la cloche (Kane) 108 fois. Le 1er jour de l »année, le matin commence par le rituel de contemplation du premier lever du soleil et de se rendre au temple, puis de se nourrir au temple d’un bol de toshikoshi soba. Ce plat symbolise la longévité, la résistance physique, la force des liens familiaux. Ce voyage sera un parcours découverte de 12 jours entre où se mêleront légendes, spécialités culinaires, artisanat traditionnel, rituels & célébrations, volcan & sanctuaires. – Du 30 décembre 2019 au 10 janvier 2020.

Du 2 au 18 Avril 2020 : Hanami, Invitation à observer la floraison des cerisiers en fleurs et apprécier la beauté éphémère de ces délicates fleurs de Sakura. Pour ces 15 jours, nous serons dans la région de Hakone, Mont Fuji, Kamakura, Takayama : Matsuri et épreuve de yabusame (tir à l’arc à cheval) et danse de Shizuka, temples, artisanat traditionnel, cerisiers en fleurs et route ancestral des pèlerins du Mont-Fuji,  maison de thé, miso à l’ancienne, sake, poterie, campagne japonaise avec ses maisons en bois et toits de chaume, nature sauvage, pèlerinage au temple….

Du 2 au 20 novembre 2020 : L’automne, voyage au Pays du moine Kûkai – Sur l’île de Shikoku, niché au sud-ouest de la grande île de Honshu, un pèlerinage de contemplation, de marche, de nouveau regard, d’un nouveau souffle sur le Compostelle japonais.

Pour les 3 voyages-pèlerinages, nous prendrons du temps dans les Onsens, ces sources fumantes naturelles pour mieux s’imprégner de l’histoire, de la géographie du pays, de leurs bienfaits millénaires.

Les voyages/pèlerinages sont ouverts à toutes et tous.

Pour plus de renseignements ou vous inscrire, écrivez-moi : ayungdari@hotmail.com

 

Formation L’arbre de la connaissance & de la conscience Corporelle/ 2020

Un corps ritualisé et un esprit corporifié » – Annick de Souzenelle.

Pendant les 6 premiers mois de vie intra-utérine, c’est le corps physique/animal qui est formé. Les 3 derniers mois dans le ventre de la mère, il y a a une grande information qui vient des profondeurs de l’être et qui permet à l’enfant d’être pétri dans une information divine, pour qu’il puisse atteindre un jour sa véritable nature qui est divine.

« J’ai compris que mon devoir n’est pas de changer moi-même, mais de devenir moi-même »

Outils de formation :  L’écoute subtile du langage du corps à partir de notre semence divine (clés de naissance – clés de santé – nos mutations)  dans toute son expression ; Soin & symbolismes sacrés (systèmes, liquides, os, muscles, organes…) ; L’éveil à notre médiumnité (l’éveil de notre nature essentielle) ; La prise de contact avec l’énergie du Hara et le vide qui porte en lui plein d’énergie potentiel et ces énergies potentiels portent en elle les informations de leur devenir et nous portons tout cela en nous. Nous avons dans la semence divine toute l’information de notre devenir ; Comment ne plus interpréter les évènements en positif ou négatif (sortir du libre-arbitre pour entrer dans la liberté).

« Cependant, ce ne sont que des mots. L’essentiel est d’en faire l’expérience, de l’éprouver avec tout son être, tous ses sens, et de se laisser toucher par cela… L’expérience étant le seul lieu possible d’une opportunité de transformation profonde et intérieure. » – Graf Dürckheim

Nous sommes un corps divin. Nous arrivons au monde avec une nature purement animale/humaine et une nature divine. 

Cette formation expérimentale est un chemin vers les couches intérieures du corps, vers les couches de l’âme humaine. Nous sommes invités à vivre des mutations nécessaires pour réaliser la totalité de nous-mêmes. Nous arrivons au monde inachevé, pas seulement inachevé dans notre corps physique mais c’est essentiellement une mutation intérieure. Un être qui va découvrir en lui une réalité de lui-même qu’il ignorait totalement. Comment chacun incorpore, incarne pleinement son processus d’individuation, cette verticalisation de l’être. En étudiant la conscience corporelle, c’est notre aventure à tous, aller vers nous même par le corps. De cette rencontre intime , peuvent alors immerger des sensations et nouvelles connaissances corporelles, émotionnelles, spirituelles. Nous sommes tous à devenir l’arbre de la connaissance (le YOD, le JE SUIS).

  • De la plante des pieds aux reins : Se chercher / La semence
  • Les reins & les oreilles : Se mettre à l’écoute du vide & discerner ce qui se passe l’intérieur de nous (enfance & adolescence) – Symbolique du labyrinthe –
  • La matrice d’eau (organes génitaux) : de la phase animale à la phase de la noblesse de son être : L’ivresse de l’Amour et la jouissance de la vie, ce jardin d’éden au coeur de nous.
  • Le sommet du crâne : La sève de l’arbre de vie
  • Pendant les 3 premiers mois de la vie intra-utérine, la moelle épinière descend jusqu’au sacrum, elle y laisse cette semence. Et au bout du 3ème mois, elle remonte jusqu’à la 2ème vertèbre lombaire et ce vide est ce qui fait la matrice d’eau : Retrouver le sens de notre vie
  • 2ème lombaire & correspondance à l’ombilic en avant : point d’acupuncture & de bascule important, qui est de recevoir notre mandat céleste. Répondre à l’appel divin, notre dimension royale (cela peut-être aussi l’épreuve)
  • Partie aérienne du corps (respiration) : La respiration nous dit à descendre dans les profondeurs dans un profond expir, c’est à dire à descendre dans les eaux qui contient tout ce potentiel que nous avons.
  • Rate & pancréas : Les grandes profondeurs, le séisme, les épreuves. L’important est de nommer ce qui est. À partir du moment où je nomme les émotions (haine, orgueil, jalousie, vanité…), à les comprendre, il se passe une alchimie, une connaissance nouvelle.
  • Foie : Réserves d’énergie & Accomplissement (es tu totalement accompli ou n’es tu pas complètement accompli ?)
  • Coeur & Poumons : Au fur et à mesure de nos résurrections, nous obtenons un amour totalement nouveau, un amour qui n’est plus possessif, c’est l’amour de l’autre, c’est l’amour qui implique un détachement.
  • Poumons : l’harmonie, c’est l’esprit qui nous fait aller au-delà de nous-mêmes, c’est celui qui nous unit tous.

Pendant la formation, nous travaillerons également avec la teinture indigo et le fusain ainsi que le son spontanés, sans chercher à produire quoi que ce soit.

  • Val Morin (Laurentides) / Du 21 au 25 février 2020 / 650$
  • Suisse/ Du 7 au 11 Mars 2020 – 650 euros

Pour plus de renseignements ou pour vous inscrire, écrivez-moi : ayungdari@hotmail.com

Cette formation est ouverte à toutes et tous.

 

Kintsugi, Retrouver l’Amour de soi / Du 1er au 3 novembre, Suisse

image.png

« Le temps est venu de transformer votre cœur en temple de feu.
Votre essence est de l’or caché dans la poussière.
Pour révéler sa splendeur, vous devez brûler dans le feu de l’amour. » ~ Rumi

Kintsugi s’inscrit dans la pensée japonaise du Wabi-Sabi qui invite à reconnaître la beauté des choses imparfaites. Littéralement, « jointure en or », le Kintsugi est un art japonais qui permet de réparer les céramiques brisées en appliquant de la poudre d’or sur les félures. Par intime analogie, nous pouvons transcender nos blessures émotionnelles en prenant en compte notre passé et nos cicatrices intérieures. Je vous propose pendant 3 jours, un voyage d’expérimentation à travers des exercices pratiques, des rituels, des pépites de philosophies asiatiques et des passages d’inspiration, en lien avec la nature, sur des sites énergétiques qui respirent la Terre/le Feu, l’Eau et les Montagnes. Nous explorerons nos royaumes intérieur et extérieur pour mieux accueillir notre Amour, accueillir ce qui se cache derrière le magma émotionnel et les mécanismes de survie, en nous connectant et en célébrant notre état d’unicité dans la magnificence de la beauté impressionnante de Mère Terre Suisse.

Un nouveau regard sur l’Amour de Soi,

Du 1er au 3 novembre, Suisse – 300 francs suisse

Pour inscriptions, écrivez-moi : ayungdari@hotmail.com

 

Fécondité intérieure

divine
Annick de Souzenelle : Nous avons tous à « Devenir »…
L’Homme d’aujourd’hui n’est pas l’Homme définitif. Pour l’instant l’Homme est très identifié à son inconscient… Mais une lente montée de conscience se fait depuis le début des temps et se fera jusqu’à la fin des temps.
L’Homme est comparable à un arbre qui grandit et dont la sève monte. Le thème de la fécondité est donc essentiel. Mais on a trop longtemps confondu le fruit de cet arbre, et donc l’objet même de la fécondité, avec l’enfant qu’un couple met au monde. L’enfant est béni, mais il n’est pas le but, il n’est pas le fruit.
Dans mes ouvrages, j’ai souvent mis l’accent sur ce qui est dit de la création de l’Homme – de l’Adam – dans la Genèse: « A l’image de Dieu » et » mâle et femelle il est créé ». Il est bien entendu qu’à un tout premier niveau, celui du sixième jour qui voit aussi l’apparition des animaux de Terre, Adam est comme ces derniers, « mâle et femelle », dans les catégories biologiques, et voué à la procréation.
Mais à un autre niveau qui fera l’objet du septième jour, l’Homme en tant qu’image de Dieu est appelé à faire un passage essentiel dans la réalisation de cette image, et le vocable « mâle et femelle » prend alors une tout autre signification: est « mâle » celui (ou celle) qui « se souvient » de cet autre « côté » de lui-même (et non d’une « côte » !) lourd de l’image divine; il s’agit dans ce pôle « femelle », d’un féminin intérieur à tout être humain, côté voilé de lui parce qu’encore inconscient mais riche d’un potentiel inouï.
Epouser ce féminin-là pour faire grandir « l’image » – comme grandit en effet un enfant dans un ventre maternel – pour atteindre à la « Ressemblance à Dieu », est alors la vocation réelle de l’Homme (hommes et femmes).
Nous pouvons prolonger l’analogie et dire que l’état de « Ressemblance » est celui d’un enfant intérieur prêt à naître au neuvième mois d’une gestation essentielle. A ce terme, ce qui n’était que potentiel est réalisé, l’inconscient est transmuté en conscience. L’arbre a donné son fruit : l’Homme déifié.
Là est la vraie fécondité.
Malheureusement, je lis encore aujourd’hui de nombreux ouvrages de théologiens qui continuent de confondre ce féminin des profondeurs en chacun, avec la femme extérieure qu’alors on voile d’une façon ou d’une autre…
Nouvelles Clés : L’humanité s’est donc arrêtée là, et les églises participent à ce réductionnisme !
A.D.S : Oui, les instances religieuses se sont dramatiquement arrêtées là ! En Occident, jusqu’au concile Vatican II, le mariage n’a eu pour finalité que la procréation. Un couple sans enfant était terriblement culpabilisé. Non moins culpabilisante était l’union accomplie hors de ce propos. Navrant !
N .C : Vous venez de dire que l’homme est à devenir… à devenir Homme vraiment… A travers la rencontre amoureuse, sorte d’état d’illumination, n’a-t-on-pas, insconciemment, l’impression qu’enfin l’être aimé va nous aider à faire fleurir en nous ce germe d’humanité que nous n’arrivons pas à faire émerger seul ? La relation de couple peut-elle être une voie d’évolution vers ce Devenir dont vous parlez ?
A.D.S : Être amoureux tient d’une magie dont la folie, en l’homme ou en la femme, résulte de cette même « montée de sève » que j’évoquais tout à l’heure. Mais, en l’occurrence, cette montée de sève est totalement investie « à l’horizontal », récupérée dans les relations humaines ; elle ne fait plus l’objet du mariage intérieur qui, lui, assure la verticalisation de l’être et le conduit jusqu’à l’expérience de la « folie en Dieu ».
En l’Homme, cette sève est la puissance de l’Eros, de source et de finalité divine, mais dont une partie dessert, si j’ose dire, les étages intermédiaires : la vie génitale et l’ordre affectif s’en nourrissent, mais se voient transformés par un appel plus puissant encore, celui des épousailles divines.
En profondeur, la vie de l’Homme n’est que nous ! Mais lorsque les ordres intermédiaires captent toute la sève et qu’ils s’octroient la dimension d’Absolu, qui n’est qu’en Dieu, les lendemains sont désenchanteurs, pour ne pas dire parfois très douloureux ; chacun des deux partenaires, coupé de lui-même – étranger à cet autre « côté » de lui-même – exige de l’autre un absolu et s’irrite de ce qu’il ne le lui apporte pas. Il s’agit là d’un jeu hélas inconscient !
Mais lorsque l’Homme devient conscient, cette magie de l’amour de deux êtres peut admirablement contribuer à la transformation intérieure de chacun. Lorsqu’ils replacent cette poussée de sève dans le souffle de l’appel divin, ils ne vivent pas là des forces contraires, mais des étapes différentes d’une même force, dont l’une illumine l’autre.
Une transcendance nous habite, qui transforme tout ; je dirais que nous devons nous laisser envahir par elle. En ce sens, le mariage n’est pas une moins grande ascèse que les autres formes de vie, celle du moine ou du célibataire; toutes ont le même but. Mais le mariage en est une icône directe.
Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de replacer toutes ces valeurs dans leur vraie lumière. Il nous faut une exigence autre…
N.C : Peut-on voir à travers le symptôme du divorce, qui se développe de plus en plus, le symbole précisément de cette autre exigence ? Par exemple, un début de prise de conscience que l’autre ne peut pas faire le travail intérieur à notre place, et que la recherche du bonheur à l’extérieur de soi n’est qu’illusion ?
A.D.S : Je ne sais si nous pouvons poser le problème de cette façon. Je crois que la multiplication des divorces est encore une réaction aux interdits d’autrefois. Nous arrivons à la fin d’un monde qui était basé sur une éthique morale. On ne divorçait pas, c’était interdit par l’Église d’Occident. Cette Loi faisait partie intégrante de l’éthique, mais celle-ci est en train de s’effondrer.
On n’a pas encore reconstruit pour autant un autre paradigme. Aujourd’hui on ne veut plus obéir à une loi, mais comprendre le sens. Je crois que les divorces font partie de ces conflits auxquels on croit pouvoir donner une solution en les contournant.
N.C : Je suis peut-être trop optimiste en disant cela…
A.D.S : Oui, peut-être. Si deux êtres qui se séparent ne se remettent pas totalement en question, ils risquent de reproduire la même situation par la suite. S’ils se remettent en question, ils peuvent parfois reconstruire une relation à un autre niveau de l’amour. Ce n’est plus la folle magie du premier jour, mais c’est beaucoup plus profond.
N.C : Vu ainsi, le divorce est la preuve de notre grande irresponsabilité face à nous-mêmes… La seule aide véritable doit venir de nous…
A.D.S : Vous avez raison. Mais Je vous arrête sur le mot « aide » qui, justement, apparaît dans la Bible au 2ème chapitre de la Genèse. « Dieu dit: il n’est pas bon qu’Adafi soit seul, faisons une aide semblable à lui ».
Cette traduction est mauvaise sous bien des aspects, mais surtout en ce qu’elle qualifie l’aide ; il n’est pas possible de traduire par « semblable à », il serait plus juste de parler d’une « aide capable de communiquer avec lui », ou encore « d’être son face à face ». C’est alors que Dieu fait découvrir à Adam cet autre « coté » de lui-même – et non sa « côte » comme je l’ai dit tout à l’heure – cette part de lui qu’il devra épouser, son féminin intérieur.
Adam – chacun de nous – ne peut que trouver aide en lui-même, en entrant en communication avec lui-même, avec cette part sacrée de ses profondeurs.
N.C : En partant de ce constat, comment l’homme et la femme, dans la vie de couple, peuvent-ils cheminer ensemble et s’aider à réaliser ces épousailles intérieures ?
A.D.S : Ce n’est que dans la mesure où l’on communique avec soi-même que l’on peut communiquer avec l’autre à l’extérieur. Cet « autre extérieur » est toujours représentatif de « l’autre intérieur » à soi. L’accepter dans sa totale différence, c’est s’accepter soi-même. Seule cette vraie communication nourrit l’amour. Lorsqu’elle n’existe plus, l’amour meurt.
C’est ce que signifie le « ils n’ont plus de vin » – plus de réjouissances – que Marie fait discrètement remarquer à Jésus dans l’épisode des « Noces de Qanah » que rapporte l’évangéliste Jean. L’eau que Jésus transforme alors en vin pour continuer la fête, un vin d’un nectar incomparable, est symboliquement de l’inconscient transformé en conscient, un amour humain encore assez animal qui prend dimension divine.
Jésus vient alors renvoyer le Satan. Nous, de même, devons renvoyer tous nos démons, et tout d’abord accepter de les voir, de les nommer et de travailler à leur retournement.
C’est cela, la communication avec soi-même, et le commencement d’un travail intérieur. Adam, laboureur de la Terre, doit travailler avec toute sa terre intérieure. Alors vient la fécondité !
N.C : Nous vivons dans un siècle où, depuis la libération sexuelle, le corps est montré partout. Le corps est exposé, vendu, commercialisé… Par les films pornographiques, de plus en plus répandus, on peut « voir  » l’amour, « apprendre  » l’amour ; l’acte d’amour est devenu une « chose  » sans intimité, une image, un objet de consommation … Ne sommes-nous pas allés trop loin ? Cet étalage du « corps-chose  » n ‘est-il pas dangereux au point de nous faire totalement oublier l’Esprit qui vit à l’intérieur ?
A.D.S : Actuellement, nous vivons du réactionnel par rapport aux interdits d’avant, mais nous sommes aussi tombés dans une autre aliénation! Et vous avez raison, l’amour n’importe comment, avec n’importe qui, est aussi faux et aussi aliénant, si ce n’est plus, que les refoulements que dénonçait Freud. Je crois qu’il faut rendre au corps sa beauté, sa grandeur…
N.C : Le poète Novalis, amoureux de l’amour, dit : « Il n ‘y a qu’un temple au monde et c’est le corps humain.. »
A.D.S : Je ne serais pas aussi absolue! Le cosmos aussi est un temple – la Maison que j’habite… Tout peut être temple si j’y contemple la présence divine.
Le corps ne doit pas être idolâtré; il sera transformé en corps spirituel avec la déification de l’Homme intérieur; il inscrit dans la moindre de ses cellules toute transformation de l’être ; il est un témoin.
N.C : Alors, quelle est ta voie du milieu, celle qui chemine entre les interdits et la déification ?
A.D.S : C’est le « chemin qui a un coeur » dont parle l’autre poète, Daniel Pons : « Le chemin des profondeurs où chaque chose est reliée au Verbe divin qui la fonde. » Si nous ne voyons pas derrière le moindre brin d’herbe sa relation à l’archétype divin dont il procède, nous sommes dans un non-sens absolu.
Avant tout, il nous faut retrouver la respiration qui unit la terre au ciel et l’Homme à Dieu.
Parce que nous ne sommes plus dans ce souffle, nous sommes dans une effroyable confusion. Coupés du monde divin, nous sommes dans la même situation que celle du déluge.
« Maboul » est le déluge en hébreu. Nous sommes tellement concernés que nous en avons gardé le mot français! Il signifie l’anarchie la plus totale – l’Homes coupé des archétypes. Celui qui rentre dans l’arche, Noé – et nous sommes tous appelés à devenir des Noé, rentre dans le souffle, dans la respiration exaltante de la vie divine, et il s’accomplit.
Dans l’arche (notre arche intérieure), toute chose reprend sa vraie place, y compris le corps de l’Homme.
« Ne te courbe que pour aimer. Si tu meurs tu aimes encore. » Réné Char
N.C : Dans un couple, il arrive que l’homme ou la femme ( c’est le plus souvent la femme), ait un peu plus de conscience de la nécessité de ces noces intérieures… Une personne peut-elle, par contagion, transformer l’autre ?
A.D.S : Là est la grande difficulté ! Je dirais même l’Épreuve!
On peut marquer une distance avec les amis quand on ne parle plus le même langage qu’eux, mais que faire avec le conjoint quand il n ‘y a plus cette communication possible parce qu’on ne participe plus du même niveau de conscience ? Un vrai mariage, dans le sens sacramental du terme, devrait résister à pareille épreuve. Il est alors essentiel que l’un des époux ne fasse pas pression réductrice sur l’autre, et que cet autre non seulement n’entre pas dans le piège du mépris, mais que son amour devienne patience, compréhension, acceptation… C’est le but de son travail intérieur que de le conduire vers un degré de conscience plus élevé encore, car tel est le chemin ! Alors, en effet, plus celui-là développera cette qualité, plus le chemin se fera pour l’autre, car une sorte de « transfusion sanguine » unit les deux.
Mais, si l’un des deux n’a pas « décollé » de son labyrinthe d’inconscience et s’il ne supporte pas l’avancée de l’autre, il peut parfois être agressif, culpabilisant, voire destructeur. A ce moment-là une séparation est quelquefois nécessaire. Mais le chemin que poursuit « l’éveillé » peut aussi continuer de jouer un rôle pour la transformation de son conjoint.
Il est difficile de parler de ce sujet en termes de généralité ; seule une écoute intérieure à chacun, dans le secret de sa personne, peut dicter la route à suivre. Nul ne peut juger de la décision de l’autre, dont il est seul à être éclairé et seul responsable.
Mais, quand la décision et l’attitude sont justes, ce que vous appelez « contagion » et que j’appelle véritable « transfusion » d’un sang subtil, œuvre d’une manière admirable.
Dans notre génération actuelle c’est en effet la femme qui, généralement, s’éveille plus que l’homme. Il y a de nombreuses raisons à cela, de l’ordre de la nature ainsi que de la culture – pour reprendre des catégories chères à nos temps modernes ; quelquefois, c’est le cas contraire, mais en général l’homme fuit beaucoup cette exigence intérieure ; il se cache inconsciemment derrière ses fonctions familiales, professionnelles, voire « initiatiques » et sacerdotales… Il fuit aussi la femme qui l’oblige à sortir des schémas rassurants d’autrefois.
Aujourd’hui la femme est très seule. Mais lorsque l’homme entendra enfin le message des profondeurs, l’humanité fera un grand bond.
C’est la femme qui, pour l’instant, est génératrice du nouveau paradigme qu’il faut très vite mettre en place.
N.C : « La femme est l’avenir de l’Homme » écrivait Aragon. . . Est-elle ta jardinière du Devenir ?
A.D.S : J’ai été longtemps thérapeute et je travaillais avec cette phrase qu’on trouve dans les actes des apôtres : « L’un sème, l’autre arrose, Dieu seul fait croître ». Et si nous croyons que nous pouvons faire croître quelque chose ou quelqu’un, nous sommes vraiment dans l’illusion.
Donc, continuons de semer et d’arroser, d’abord en nous-même, parcourons nous-mêmes le chemin…
N .C : Parfois ta femme s’exaspère facilement de ce que l’homme ne veut jamais regarder au-dedans de lui- même et fuit sans cesse au-dehors… L’attaquer de front, lui faire remarquer que ce n’est pas la bonne méthode, il fuit plus encore… Quelle attitude faut-il avoir ?
A.D.S : Il est certain qu’on se trompe en l’agressant… C’est par toute notre féminité, notre douceur et beaucoup d’amour que les choses peuvent se faire, mais que c’est difficile! Quand on se trouve devant un homme qui ne comprend rien, il est difficile de ne pas être irritée et de manifester subtilité et douceur…
N.C : Entre ma génération et la vôtre, trente années d’écart. Quels sont les vrais grands changements que vous avez observés dans la vie des femmes… Il y a bien sûr eu le féminisme…
A.D.S : D’après la forme qu’il s’est donné, le féminisme est lui aussi un phénomène réactionnel. Mais, en soi, l’éveil de la femme est dans l’ordre des choses. J’ai dit dans Le symbolisme du corps humain(1) que, d’une part, une synchronicité liait cette émergence du féminin à une prise en compte de l’inconscient redécouvert par Freud – les Pères de l’Église en avaient déjà parlé – et que, d’autre part, l’arrivée de l’Homme sur la lune est un grand tournant de notre histoire.
Pour reprendre une terminologie biblique, je dirais qu’ « une vapeur monte de terre », qui va commencer à arroser notre sécheresse d’intellect et de cœur! C’est pourquoi cette forme réactionnelle est en train d’évoluer vers plus de justesse. Les choses se mettent en place du fait même que la femme, par son éveil, trouve plus de justesse intérieure.
Mais elle est aussi lucide et découvre les fuites, les multiples cachettes de ses partenaires; elle est souvent amenée à prendre plus qu’elle ne le voudrait la place de l’homme à cause des insuffisances de ce dernier !
Et puis, les vieux schémas ne sont pas encore évacués. J’animais l’autre jour un stage dont un participant me dit: « Mais moi, je permets à ma femme de faire ce qu’elle veut » !
Sans commentaire, n’est-ce-pas ? Il y a encore beaucoup de chemin à faire… .
N.C : Oui… Aujourd’hui, on rencontre de plus en plus de femmes qui entreprennent un authentique travail intérieur, et, parfois, l’émergence de leur être fondamental demande encore une attention consciente et permanente afin qu’il ne soit plus étouffé sous le poids de la responsabilité que les hommes ont fait porter aux femmes depuis le pêché originel !!!
A.D.S : Nous avons été jusqu’ici tellement identifiés à notre inconscient que, incapables de la voir et de la nommer, nous avons pris cette Ishah de la Genèse pour la femme, alors qu’elle est le « côté inaccompli » d’Adam, de chacun de nous donc, dont je vous ai parlé, c’est-à-dire l’inconscient.
Dans le paradis terrestre, Adam est seul, mais un Adam Ish et Ishah, c’est-à-dire époux et épouse de lui-même à lui-même.
De même aujourd’hui chacun de nous est seul et le serpent s’adresse d’abord à notre inconscient ; nous sommes alors piégés avant même de le savoir! Le jeu de séduction est subtil.
Je pense à la femme d’aujourd’hui comme à la lettre Shin de l’alphabet hébraïque: son idéogramme est un arc tendu à l’extrême avant le départ de la flèche. Son symbole est donc celui de l’extrême rétention mais aussi celui de la détente infinie. Nul ne peut dire où la flèche ira, mais elle est partie : sa course commence et l’axe dans lequel elle se dirige est celui de l’Absolu.
(1) éd. Albin Michel